TogoDebout invite à la transcendance et à la rupture totale

COMMUNIQUÉ

TOGODEBOUT INVITE À LA TRANSCENDANCE ET À LA RUPTURE TOTALE

Télécharger le communiqué

La gouvernance de TogoDebout remercie le peuple togolais pour sa bravoure et sa détermination dans cette étape de sa lutte de libération contre le joug de la dictature des Gnassingbé. Grâce à  la  mobilisation et à la détermination des togolais, la perception et la prise en compte de la nature dictatoriale du régime des Gnassingbé s’imposent de plus en plus sur le plan international. C’est à chacun de nous d’estimer s’il a fait sa part.

Le processus qui conduit  à la libération du Togo doit avoir une vision, comme indiqué dans le mémorandum sur la sortie de crise de TogoDebout du 27 juillet 2018 : la transition politique.
Il nous faut construire les étapes suivantes sans perdre de vue cet objectif à atteindre. Nous devons rester politiques et engranger à chaque étape les éléments positifs et tirer également profit des échecs.

Les 60 années de l’indépendance et les circonstances politiques actuelles montrent que l’enjeu n’est pas de créer une autre opposition, mais d’empêcher qu’elle ne se dissolve. Pas d’imposer l’unicité coûte que coûte mais d’éviter les réactionnaires. Pas de réinventer le combat de l’Ablodé Gbadja mais de préserver le cadre dans lequel nous inscrivons nos différences de point de vue, nos débats, nos combats, et surtout nos points de convergence. Ne pas comprendre cela, c’est ignorer la nature perfide de la dictature des Gnassingbé ou opter, en toute conscience, pour la stratégie de la collaboration.

Les étapes nouvelles seront construites, basées sur des règles démocratiques, que tous  ensemble nous aurons mises en place. Nous devons rester ouverts mais déterminés et intransigeants.

Comment tracer la voie ?

Nous en sommes complètement partie prenante et nous devons être une force de proposition mais en même temps être en capacité d’être dans les rouages, dans l’action continue, sans ambitions personnelles. Nous ne serons animés que par des ambitions patriotiques, de justice et d’équité, pour une nouvelle indépendance de la mère patrie.

Alors et alors seulement chaque Togolais, partout où il sera, mettra fièrement et librement  son bulletin de vote pour le candidat de son cœur

Notre dernière sollicitation des forces démocratiques du 28 février 2020, bien qu’ayant été entendue tarde à se concrétiser, au travers de l’annonce et de la mise en place des organes de la transition. Cette œuvre cruciale oblige toutes les forces démocratiques, notamment les 3 principales que sont : la dynamique Monseigneur KPODZRO, l’ANC et le PNP.

TogoDebout exhorte chacun des mouvements politiques et tous les acteurs de la société civile à une transcendance personnelle et générale.

TogoDebout, porteur de l’ensemble des tendances démocratiques du TOGO, exige une concrétisation dans les jours à venir, des prémices de la transition et une feuille de route exhaustive inclusive, qui engage toutes les composantes de la nation.

Togolais viens ! Bâtissons la cité ! TogoDebout jusqu’au bout…

Paris le 27 avril 2020


Karl GABA

Coordinateur général TogoDebout

Communiqué faisant suite au sommet de la CEDEAO des 30 et 31 Juillet 2018

Le Collectif TogoDebout prend acte des résolutions du Sommet de la CEDEAO qui s’est tenu à Lomé les 30 et 31 Juillet 2018 et poursuit ses mobilisations et son plaidoyer

Téléchargez le communiqué

Le Collectif TogoDebout se félicite de l’élection du Président du Nigéria, son Excellence Muhammadu BUHARI, en qualité de Président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, ainsi que de la prestation de serment de Mr Jean-Claude Kassi BROU, Président de la Commission de la CEDEAO.

Il prend acte des recommandations de la CEDEAO concernant la crise togolaise et fait observer que les gouvernements d’union nationale se succèdent et se ressemblent au Togo, depuis la signature de l’Accord Politique Global de 2006 . Ils n’ont pas été en mesure à ce jour de trouver une solution durable à la longue crise politique que traverse le Togo.

Pour le Collectif TogoDebout, qui se bat au sein de la société civile, les propositions de la CEDEAO ne contribuent qu’à la pérennisation du système dynastique et clanique des GNASSINGBE.

C’est pourquoi le Collectif TogoDebout lance un appel à tous les Togolais et aux amis du Togo pour poursuivre la mobilisation en vue de mettre en œuvre la proposition de sortie de crise décrite dans son mémorandum intitulé  « Il est temps de mettre un terme à l’État d’exception permanent que connaît le Togo ». En effet, la crise togolaise ne peut être résolue que par une vraie rupture d’avec le système RPT UNIR et une transition dont la mission essentielle est de remettre sur les rails, sans risque de retour, le processus de démocratisation du Togo et notamment :
− d’effectuer les réformes institutionnelles et constitutionnelles,
− de finaliser le processus de décentralisation en lui redonnant son objectif de véritable instrument de démocratie et de développement à la base,
− de remettre à plat le processus électoral par la refonte du code électoral et du fichier électoral dans le but d’organiser des élections crédibles, transparentes et démocratiques,
− de prendre les dispositions nécessaires pour enclencher une réforme en profondeur et irréversible de l’institution judiciaire (y compris la Cour Constitutionnelle) afin de mettre fin à l’impunité et à l’arbitraire au
Togo.

Il appartiendra à la CEDEAO de tracer la ligne rouge par laquelle cette transition ne connaîtra pas le même sort que celle de 1991 qui a subi dès le troisième mois suivant sa mise en place des coups de force multiples. La transition qui sera installée pourra ainsi boucler son cahier des charges dans le temps imparti.

Le 03 Août 2018
Pour le Collectif TogoDebout

Le Coordinateur Général
Karl GABA

Proposition de feuille de route pour une sortie de crise pérenne

Pour mettre un terme à l’État d’exception permanent

La communauté internationale face à ses responsabilités

Téléchargez la proposition de feuille de route

La feuille de route ambitieuse que nous vous proposons est à la mesure des efforts incontournables qu’il faudra engager pour déraciner sérieusement un système tentaculaire qui s’est installé à la tête de l’État togolais depuis plus de 50 ans. C’est là le prix à payer pour que le Togo reprenne pacifiquement la voie de l’alternance démocratique que la jeunesse togolaise appelle de ses vœux depuis Octobre 1990.

Téléchargez la proposition de feuille de route

Partagez-la, imprimez-la, et diffusez-la autour de vous

Il est temps de mettre un terme à l’État d’exception permanent que connait le Togo

IL EST TEMPS DE METTRE UN TERME A L’ETAT D’EXCEPTION
PERMANENT QUE CONNAIT LE TOGO.

Téléchargez la version française

Téléchargez la version anglaise

 

La CEDEAO s’apprête à proposer une feuille de route pour sortir le Togo de la crise politique qui s’est aggravée depuis le 19 août 2017. Cette crise politique récurrente est la conséquence des actes politiques posés, depuis le début des revendications démocratiques de 1990, d’une part par les gouvernants togolais et d’autre part par les institutions sous-régionales et la communauté internationale dans la gestion de la crise de 2005.

ETAT DES LIEUX
Comme son père, M. Faure Gnassingbé a pris le pouvoir par la force au Togo à la suite d’une succession de coups d’Etat sanglants. Le père et le fils se sont maintenus au pouvoir, par l’instauration progressive d’un Etat de terreur qui perdure au Togo, camouflé par des élections frauduleuses.

En effet, au lendemain du décès du Général GNASSINGBE Eyadéma et des coups de force de son fils Faure pour lui succéder, la CEDEAO et l’Union Africaine avaient proposé, comme solution de sortie de crise, l’organisation d’une élection que tous savaient frauduleuse. Malgré le bain de sang qui
s’en était suivi et qui a fait plus de 500 morts, Faure GNASSINGBE a été bel et bien imposé au peuple togolais par les institutions sous-régionales, avec l’appui de certains pays occidentaux dont la France. L’argumentaire développé à l’époque pour faire la promotion de cette succession dynastique était que la filiation de M. Faure GNASSINGBE, laquelle en fait un métis ethnique, serait de nature à rassurer l’armée, à préserver la paix au Togo et à y instaurer la démocratie et la bonne gouvernance.

Après plusieurs mois de dialogue, un accord politique fut signé en Août 2006 entre les protagonistes de la crise politique togolaise. Cet Accord Politique Global (APG) incluait les vingt-deux (22) engagements signés en 2004 par le Général GNASSINGBE Eyadema, en contrepartie de la reprise de la coopération de l’Union Européenne. L’APG devait permettre des réformes constitutionnelles et institutionnelles incluant notamment la limitation du nombre de mandats présidentiels, l’alternance à la tête du pays ainsi
que la fin de l’impunité. Douze années plus tard, les points principaux de cet accord n’ont pas connu un début de mise en œuvre. Le Togo demeure de ce fait une exception et un anachronisme en Afrique de l’Ouest et viole impunément plusieurs dispositions du protocole de la CEDEAO relatif au Mécanisme de Prévention, de Gestion, de Règlement des conflits, de Maintien de la paix et de la sécurité signé à Lomé le 10 décembre 1999, ainsi que son Protocole additionnel sur la Démocratie et la Bonne gouvernance.

La communauté internationale doit se l’avouer : sa lecture de la situation politique au Togo a toujours été erronée et les remèdes qu’elle y a préconisés se sont toujours révélés inefficaces. Il est nécessaire qu’elle prenne en compte la conclusion à laquelle bon nombre de togolais sont arrivés : le système GNASSINGBE n’est pas réformable et restera un éternel frein à l’avènement de la démocratie et de la bonne gouvernance au Togo et dans la sous-région ! Il est temps de l’abolir.

Il est clair pour tous les togolais que le système UNIR de M. Faure Gnassingbé est la continuité du système mis en place par son père le Général GNASSINGBE Eyadéma à partir de 1970, sur les modèles du Zaïre du Maréchal Mobutu et de la Corée du Nord de Kim il Sung.

Version Rassemblement du Peuple Togolais (RPT) comme version Union pour la République (UNIR), le système GNASSINGBE en place repose sur les piliers suivants :
– Une armée clanique, non républicaine, répressive assurant par l’arbitraire, la terreur ainsi que par le contrôle de l’administration territoriale et des institutions économiques publiques ou privatisées, la mainmise sur le Togo et le maintien au pouvoir de la dynastie GNASSINGBE ;
– L’impunité garantie à cette armée pléthorique ainsi qu’à ses milices, pour toutes les exactions, trafics mafieux, actes illicites qui sont le fondement de son hégémonie politique et économique ;
– Le non-respect des engagements et accords signés tout au long de la crise permanente, à rebondissements réguliers, que traverse le pays depuis le début des revendications démocratiques en 1990 ;
– La mainmise sur toutes les institutions de la République et leur instrumentalisation afin qu’elles œuvrent, de concert, à la pérennité du système et à la conservation du pouvoir dans le giron familial ;
– La prédation des ressources économiques et matérielles du pays au profit d’une poignée de fidèles, alors qu’une écrasante majorité de la population croupit dans la misère.

Cette gouvernance basée sur le clientélisme, le népotisme et la corruption ne laisse aucune chance aux projets de développement du pays. Les secteurs de l’éducation et de la santé sont sinistrés, sans aucun espoir de redressement sous ce régime. Le chômage endémique est la chose la mieux partagée par les
jeunes qui voient leur avenir compromis. La justice et l’administration sont aux ordres.

Aujourd’hui, au Togo, l’instrumentalisation des clivages ethniques s’est aggravée et les notions de bien public, de bonne gouvernance, de bien-être des populations, d’alternance politique sont complètement absentes des conceptions et pratiques politiques du système des GNASSINGBE.

Face à ce long règne de plus de 51 ans d’une même famille et à la situation explosive dans laquelle le Togo se trouve, vouloir appliquer de nouveau les vieilles recettes préconisées en 2005 par la CEDEAO serait suicidaire. Il est temps de changer de paradigme et de mettre fin à l’exception togolaise.

De nouvelles élections organisées par les tenants de l’Etat de terreur ne déboucheront que sur de nouvelles violences et tueries postélectorales. Pire, lors des expériences passées de transition politique ou de gouvernement d’union nationale avec un GNASSINGBE, le système en place a su user de
subterfuges pour annihiler ou bloquer, par des coups de force et par la terreur, toute avancée démocratique et ce, jusqu’à l’organisation de mascarades électorales aux résultats connus d’avance.

PROPOSITION DE SORTIE DE CRISE

Le Collectif TogoDebout espère qu’au nom « des principes de convergence constitutionnelle » définis à la « Section I du Protocole A/SP1/12/01 sur la démocratie et la bonne gouvernance additionnel au Protocole relatif au mécanisme de prévention, de gestion, de règlement des conflits, de maintien de la Paix et de la sécurité », la CEDEAO veillera à ce que sa feuille de route puisse être en accord avec les principes communs à tous les Etats membres de la CEDEAO, et convenir aux aspirations profondes que la majorité du peuple togolais et sa diaspora souhaitent voir se concrétiser sans délai, notamment :
* La libération sans condition des prisonniers politiques et de toutes les personnes arbitrairement arrêtées depuis le déclenchement de la contestation populaire d’Août 2017, la levée du blocus des villes et quartiers assiégés sous des motifs fallacieux et la restauration des libertés
fondamentales ;
* Le retour à la Constitution originelle telle qu’adoptée à 98,11% des suffrages, par référendum constitutionnel le 27 septembre 1992 ;
* Le départ immédiat de M. Faure GNASSINGBE avec octroi d’une amnistie conditionnelle pour les crimes imprescriptibles contre la Nation commis lors de son accession au pouvoir et pour les atteintes graves portées à la paix et à la stabilité du Togo et de la sous-région ;
* La mise en place d’institutions républicaines de transition chargées de remettre, sans risque de retour, le processus de démocratisation du Togo sur les rails et notamment :

– d’effectuer les réformes institutionnelles,
– de finaliser le processus de décentralisation en lui redonnant son objectif de véritable instrument de démocratie et de développement à la base,
– de remettre à plat le processus électoral par la refonte du code électoral et du fichier électoral dans le but d’organiser des élections crédibles, transparentes et démocratiques,
– de prendre les dispositions nécessaires pour enclencher une réforme en profondeur et irréversible de l’institution judiciaire pour mettre fin à l’impunité et à l’arbitraire au Togo.

 

Bien entendu pour éviter les conflits d’intérêts, les personnes qui se dévoueront pour œuvrer à cette refondation du Togo au sein de l’exécutif de transition, s’engageront à ne pas être candidat à la magistrature suprême lors des élections suivant la fin de la transition.

LES RISQUES INHERENTS A UNE RECONDUCTION DES VIEILLES RECETTES
Il est impératif pour la CEDEAO et pour toute la Communauté Internationale d’œuvrer à l’adoption et à la mise en œuvre rapide de cette feuille de route A défaut, le chantage au chaos au nom duquel la communauté internationale a continué à soutenir ce régime plus que cinquantenaire qui régente le Togo
peut encore durer quelque temps. Mais ce chaos finira par se produire et submergera non seulement le système GNASSINGBE, mais le Togo tout entier et portera gravement atteinte à l’agenda de développement de la sous-région et à la lutte engagée pour venir à bout du terrorisme.

Pour la CEDEAO, il est périlleux, si rien n’est fait, de laisser perdurer un système militaire lézardé de toute part, qui n’a pas hésité à recourir à des vagues d’épurations successives pour maintenir une façade de situation maîtrisée de paix et de stabilité. Le risque d’affrontement interne entre des
factions, si une de ces vagues d’épuration venait à dégénérer, n’est pas une vue de l’esprit. Et compte tenu de la dimension du pays d’une part, du fractionnement, de part et d’autre de ses frontières, des mêmes ethnies, le risque de perturbation des pays voisins et de déstabilisation de leur
économie est bien réel.

Le coup de force contre la Primature en 1991, l’attentat de Soudou en 1992, et les violences pré et post électorales de 1993, 1998 et 2005 ont provoqué des vagues massives de réfugiés vers les pays voisins dans un premier temps, puis vers l’Europe et l’Amérique du Nord lorsque les camps
de fortune ouverts au Ghana et au Bénin principalement ont été fermés.

La désespérance d’une jeunesse sans avenir fait que ce petit pays met chaque année sur les routes, au titre de l’immigration économique vers les autres pays africains, le Maghreb, le Liban et l’Europe, des milliers de jeunes sans avenir qui n’ont d’autre choix que d’aller mourir sur les routes périlleuses du
désert ou de la Méditerranée, même s’ils savent que les chances d’atteindre l’autre rive sont minimes.
Le Togo restera donc pour la CEDEAO une entrave à la convergence économique et politique indispensable à l’intégration économique et au développement de la zone et pour l’Europe une source intarissable de réfugiés si le mal togolais n’est pas résolu à la racine.

A l’attention de l’Union Européenne et en particulier à la France et à l’Allemagne, nous lançons un appel solennel afin que l’Europe cesse d’accorder à des dictatures pyromanes soutien militaire et soutien financier issus de nos impôts, afin que ces dictatures jouent le rôle de remparts contre l’immigration clandestine dont elles en sont la cause et qu’elles n’ont aucun intérêt à voir tarir.

IL EST URGENT D’AGIR, MAINTENANT

Il est encore temps pour la CEDEAO d’agir, pendant que d’anciens membres du système qui connaissent le fonctionnement de l’appareil sécuritaire dont ils ont été écartés, sont encore en vie et disposent d’appuis internes permettant de reprendre assez rapidement la main. Certains rouages de la dictature peuvent en effet être utilisés comme leviers pour mettre un terme à la situation anachronique qui perdure au Togo.
Ces leviers sont :
Un consensus sur le fait que le système GNASSINGBE n’est pas réformable et restera un éternel frein à l’avènement de la démocratie et de la bonne gouvernance au Togo ;
– La concentration des pouvoirs entre les mains de quelques « sécurocrates », qui sont les tenants du statu quo. Ils sont presque tous impliqués dans des crimes de masse, des violations des droits humains ou des trafics illicites pour lesquels ils peuvent, un jour, être appelés à rendre des comptes devant des tribunaux nationaux ou internationaux ;
– Les dizaines de repentis, écartés du système ou exilés, respectés pour ce qu’ils sont et non pour la terreur que certains d’entre eux ont pu faire régner par la passé ;
– Une diaspora nombreuse et formée, disposée à apporter sa contribution pour aider à sortir le pays de l’ornière.

La feuille de route tracée par les protocoles de la CEDEAO pour une convergence des gouvernances en vue du développement économique harmonieux, de l’intégration économique et monétaire de la zone est un corpus cohérent que tous les pays membres doivent adopter. Avec des ressources stratégiques telles que le port en eau profonde, des terres fertiles et des ressources minières non négligeables, le Togo aura un rôle à jouer dans le schéma directeur d’une intégration régionale réussie.
A titre d’exemple, moyennant un repositionnement des pratiques vers des techniques culturales plus respectueuses de l’environnement, l’agriculture pourrait être une source d’approvisionnement en produits frais ou transformés de qualité.

Quant aux forces armées togolaises, il est temps de cesser de les considérer comme la propriété privée du clan GNASSINGBE, une ressource exportable qui risquerait de se volatiliser des opérations internationales de maintien de la paix si cette famille n’était plus au pouvoir au Togo. Car pour les
militaires de l’armée togolaise comme pour l’ensemble de la population togolaise aussi, l’esclavage a été aboli depuis plus d’un siècle et demie. Le Togo n’est pas l’héritage de la famille GNASSINGBE. Il est le
bien commun de tous les citoyens.

Le 12 juillet 2018

TogoDebout Europe TogoDebout UK TogoDebout USA TogoDebout Canada
Brigitte Ameganvi
+336 14 88 31 21
Paul SILLY
+44 7946 746356
Claudine MATHEY
+1 (515) 518-0230
Raymonde DANIKEY
+1 (613) 323-2226

Déclaration du STAND UP devant l’ambassade de la République Fédérale d’Allemagne à Paris, Vendredi 18 Mai 2018

STAND UP AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE FEDERALE D’ALLEMAGNE A PARIS, VENDREDI 18 MAI 2018

Déclaration

La communauté internationale a toujours préconisé la tenue d’élections comme solution de sortie de la crise politique chronique que traverse le Togo depuis des décennies et qui a resurgi depuis le 19 août 2017.

Qu’il s’agisse d’un appel lancé par l’Ambassadeur d’Allemagne au Togo à l’opposition togolaise pour qu’elle accepte d’aller aux élections dans les délais constitutionnels comme le martèle Mr Faure Gnassingbé, ou plutôt d’un souhait exprimé par le groupe dit des cinq ambassadeurs, de voir un compromis se dégager du dialogue politique en cours au Togo afin d’aller aux élections, TogoDebout Europe souhaite rappeler à la communauté internationale les faits suivants :

Bien que le régime RPT, ancien parti unique parti-Etat ait changé de dénomination pour s’appeler aujourd’hui UNIR, c’est ce même régime qui a :

  • Tiré sur les manifestants pacifiques venus massivement souhaiter aux ministres Allemand et Français de la Coopération la bienvenue au Lomé en 1993 ;
  • Abattu un diplomate allemand en poste au Togo ;
  • Incendié l’Institut Goethe de Lomé parce qu’un Ministre qui a eu connaissance des massacres qui se préparaient et n’a pas voulu les cautionner s’est réfugié à l’ambassade d’Allemagne ;
  • Massacré les populations togolaises (au moins 500 morts selon les Nations Unies) pour permettre à Mr Faure Gnassingbé, actuel Président de la République togolaise de prendre le pouvoir, au décès de son père, en violation de la constitution togolaise ;
  • Organisé, pour légaliser les coups d’Etat militaire et constitutionnel, un coup de force électoral dont la contestation a été réprimée dans le sang ;
  • Refusé depuis 2006, de mettre en œuvre, comme à l’accoutumée, l’Accord Politique Global qui a été signé pour faire oublier les « crimes imprescriptibles contre la nation togolaise » commis lors de cette succession dynastique sanglante.

Si nous rappelons ces « faits d’arme » du régime Gnassingbé à l’attention de la Chancelière Madame Angela MERKEL, c’est parce que Mr Christoph SANDER, Ambassadeur d’Allemagne au Togo ne les connaît peut-être pas.

C’est aussi parce que nous, Togolais de la diaspora, qui avons dû prendre massivement le chemin de l’exil à la suite des vagues de violations massives des droits de l’Homme perpétrées par le régime dictatorial dynastique au pouvoir au Togo depuis cinquante et un an, avons le devoir d’informer l’Allemagne et l’Union Européenne que peu de choses, ont en réalité changé au Togo. Cette dictature doit son retour en grâce sur la scène diplomatique internationale à un camouflage sous les oripeaux d’une démocratie, grâce à l’organisation d’élections frauduleuses d’un bout à l’autre du processus, avec l’aide d’institutions électorales mises en place pour perpétrer et valider la fraude, au plus haut niveau de l’Etat.

Togo Debout Europe s’insurge contre des appels lancés par la communauté internationale pour aller aux élections afin de résoudre la longue crise politique à rebondissements que le Togo traverse depuis des décennies. Car les mêmes solutions hypocrites, bancales et biaisées vers lesquelles les Togolais sont poussés depuis la transition démocratique de 1991 n’ont jamais marché, ne marchent pas et, nous le savons tous, ne marcheront jamais pour sortir le Togo de la férule de la dictature. Car si les élections étaient la solution, le Togo aurait été apaisé depuis les premières élections multipartites de 1993 que le Général d’armée Gnassingbé Eyadéma, le père, a prétendu avoir gagné.

Le problème du Togo réside dans le refus de l’alternance politique et dans la « monarchisation » frauduleuse d’une république, légalisée par la modification unilatérale par le régime RPT de la constitution que les togolais se sont démocratiquement donnée en Octobre 1992 .

Pour mettre fin à la dictature qui s’est installée au Togo, il faut :

  • Revenir à la constitution originelle de 1992,
  • Mettre en place des institutions indépendantes et surtout une justice digne de ce nom,
  • Instituer une commission électorale réellement indépendante
  • Permettre à de réels contre-pouvoirs de jouer leur rôle en toute indépendance, sans être sans cesse harcelés comme le sont la presse et les organisations de société civile qui veulent exercer librement leurs missions.

Il est temps que les ambassadeurs accrédités au Togo, et par la même occasion toute la communauté internationale prennent ses responsabilités pour aider le peuple togolais en lutte pour sa liberté à promouvoir au Togo l’application des règles démocratiques à tous les niveaux. Pour ce faire, la communauté internationale devrait arrêter tout soutien, direct ou indirect, au maintien de cette dictature.

C’est le sens de notre présence ici, aujourd’hui, comme celui de notre participation à la marche du 13 janvier 2018 à Berlin. Et nous rappelons ici l’appel lancé par TogoDebout Europe à Berlin, appel qui disait ceci :

« 2018 doit marquer le début d’une ère nouvelle pour le Togo,

pour l’Afrique et pour les relations UA – UE

 

Nous sommes ici, à Berlin ce 13 janvier 2018 pour tourner définitivement et résolument la page de cette sombre histoire du Togo et de l’Afrique ; Pour écrire ensemble, avec les partenaires européens, la nouvelle page de l’indépendance politique et du développement économique partagé.

Conjuguons nos forces et nos talents pour sauver du terrorisme d’Etat le Togo et les pays africains qui subissent le même sort que notre pays.

  • Face au drame que vivent les populations d’Afrique subsaharienne, en particulier celle du Togo, drame qui les contraint à la migration, à l’esclavage en Lybie, à la mort dans le désert ou en Méditerranée ;
  • Face à la complaisance coupable de la communauté internationale qui soutient les dictatures, remparts prétendus contre l’immigration et le terrorisme, alors qu’elles sont en réalité la source profonde de ces fléaux.

Ensemble disons :

  • 50 ans de dictature … ça suffit !
  • Faure Gnassingbé doit partir maintenant !
  • NON aux dictatures qui jettent la jeunesse africaine sur les routes de l’exil !
  • NON à la monarchie anticonstitutionnelle au Togo, au Gabon et ailleurs en Afrique !

Disons haut et fort que les peuples Africains veulent pouvoir disposer du libre choix de leurs dirigeants, de la bonne gouvernance et du mieux-être des populations. »

 

TOGO DEBOUT ET MARCHE POUR TA LIBERTE

POUR QUE RENAISSE ENFIN LA RÉPUBLIQUE TOGOLAISE !

 

Fait à Paris, le 18 mai 2018

Le Collectif Togo Debout Europe

Contact : +336 14 88 31 21

Télécharger la déclaration