La France et le gouvernement MACRON déroulent le tapis rouge à l’une des dictatures les plus anciennes du monde : LES GNASSINGBE DU TOGO

Une forte délégation du gouvernement togolais avec à sa tête Faure GNASSINGBE est actuellement en visite d’Etat en FRANCE. Le collectif TogoDebout et toute la communauté togolaise de France, sont consternés par cette manifestation d’une relation coupable de plus de 50 ans avec une dictature dynastique, clanique et sanguinaire.

Télécharger le communiqué 

Eyadema GNASSINGBE a installé pendant 38 ans un pouvoir autocratique brutal, après avoir assassiné le seul président démocratiquement élu du TOGO : SYLVANUS OLYMPIO.

Son fils Faure GNASSINGBE a pris le pouvoir à sa suite en 2005, dans un bain de sang, et en violation totale de la constitution.

A la tête d’un état mafieux et corrompu, il n’a jamais organisé des élections équitables, libres et transparentes. Il est partie prenante dans une corruption active pour laquelle Vincent BOLLORÉ a plaidé coupable.

Par ce rappel, au président MACRON, à l’opinion française et internationale, TogoDebout tient à dénoncer vigoureusement cette réception.  Celle-ci entérine le contraire des principes et valeurs de la République Française. Elle encourage ainsi les autocrates et dictateurs, notamment en Afrique, qui réduisent leurs peuples à la misère, les exposent aux fléaux de notre temps et offrent pour seules alternatives à la jeunesse, l’immigration ou l’enrôlement dans les rangs du terrorisme ou du crime organisé, faute de perspectives.

Le collectif TogoDebout exhorte le président MACRON à porter partout en Afrique, comme ailleurs, les valeurs de liberté, d’égalité et fraternité. 

Togolais, que viennent les tyrans, ton cœur soupire vers la liberté.

TogoDebout jusqu’au bout …

Fait à Paris, le 9 Avril 2021

Pour TogoDebout,
Le coordinateur général
Karl GABA

TogoDebout dénonce l’arrestation arbitraire de Gérard Djossou et Brigitte Adjamagbo

TogoDebout dénonce l’arrestation arbitraire de Gérard Djossou et Brigitte Adjamagbo

Télécharger le communiqué

Les Togolais sont sous le choc de l’arrestation rocambolesque et arbitraire de deux responsables politiques M. Gérard Djossou et Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson de la Dynamique Monseigneur Kpodzro.

Malgré les multiples violations des droits de l’Homme qui ont émaillé les prétendues arrestations, ces agissements dignes du grand banditisme sont assumés par le procureur de la république d’un Etat failli.

TogoDebout dénonce vigoureusement ces violations manifestes du droit, dont l’objectif est d’accentuer l’oppression à laquelle le peuple togolais est soumis.

C’est aussi le lieu de rappeler que d’autres prisonniers politiques croupissent toujours dans les geôles de la dictature de Faure Gnassingbé.

TogoDebout s’élève vivement contre les harcèlements subis par les opposants politiques. Ceux-ci ont atteint un paroxysme depuis les dernières élections présidentielles frauduleuses du 22 février 2020.

Pour le Collectif TogoDebout, la fin de l’arbitraire au Togo et l’élargissement définitif des combattants de la liberté passent par le départ du pouvoir de Faure Gnassingbé. Le peuple togolais qui continue de souffrir sous le joug de la dictature du régime RPT-UNIR ne restera pas longtemps sans agir dans ce sens.

Togolais, que viennent les tyrans, ton cœur soupire vers la liberté.

TogoDebout jusqu’au bout …


Fait à Paris,
le 29 Novembre 2020
Pour TogoDebout,
Le coordinateur général

Karl GABA

Hommage à Jerry John RAWLINGS

TogoDebout présente ses plus vives condoléances à la famille de Jerry John Rawlings, à son pays le Ghana ainsi qu’à tous les Africains qui se reconnaissent dans ses idéaux et actions politiques. Tous ceux qui ont admiré le Président Rawlings perdent une figure historique majeure de la construction d’une Afrique démocratique et indépendante.

Télécharger

Profondément attristé par la disparition de Jerry John Rawlings, TogoDebout tient à saluer la mémoire de celui qui fut un grand homme d’Etat mais a su, à la fois, rester un homme du peuple. Nous rendons hommage à un digne fils du Ghana, une figure exceptionnelle de l’histoire contemporaine de l’Afrique, une personnalité et une vie dans la lignée de celles de Lumumba, Sankara ou Mandela notamment.

Jeune patriote habité par une grande et noble vision d’avenir pour son pays, JJ Rawlings ne fut ni un idéologue, ni un intellectuel. Il n’était même pas officier supérieur de l’armée ghanéenne au moment où il prend le pouvoir en 1979. Le Capitaine de l’armée de l’air qu’il était ne s’était pas auto promu général d’armée.

Il a entériné les principes démocratiques, instauré un débat pluriel apaisé, installé des institutions fortes  et organisé des élections dont il est sorti victorieux en 1992 et 1996. La constitution de son pays interdisant un troisième mandat présidentiel, il ne tente pas de la modifier pour convenance personnelle. Il ne se maintient pas non plus au pouvoir ni par subterfuge, ni par la force. Il quitte simplement le pouvoir et mème une vie de simple citoyen ghanéen.

TogoDebout salue par ailleurs la lucidité et la capacité d’adaptation de JJ Rawlings. Le révolutionnaire intransigeant de la première heure a en effet su adhérer à un certain libéralisme et aux contraintes des plans d’ajustement structurel, âprement négociés toutefois, toujours dans l’intérêt supérieur de son pays.

La mémoire de JJ Rawlings reste toujours vivace pour les Africains, en particulier pour ceux de la zone CEDEAO. Ses idéaux et son action politique demeureront à jamais source d’inspiration et modèle d’engagement au service du peuple.

 

Fait à Paris, le 21 Novembre 2020
Pour TogoDebout, Le coordinateur général

Karl GABA

TogoDebout invite à la transcendance et à la rupture totale

COMMUNIQUÉ

TOGODEBOUT INVITE À LA TRANSCENDANCE ET À LA RUPTURE TOTALE

Télécharger le communiqué

La gouvernance de TogoDebout remercie le peuple togolais pour sa bravoure et sa détermination dans cette étape de sa lutte de libération contre le joug de la dictature des Gnassingbé. Grâce à  la  mobilisation et à la détermination des togolais, la perception et la prise en compte de la nature dictatoriale du régime des Gnassingbé s’imposent de plus en plus sur le plan international. C’est à chacun de nous d’estimer s’il a fait sa part.

Le processus qui conduit  à la libération du Togo doit avoir une vision, comme indiqué dans le mémorandum sur la sortie de crise de TogoDebout du 27 juillet 2018 : la transition politique.
Il nous faut construire les étapes suivantes sans perdre de vue cet objectif à atteindre. Nous devons rester politiques et engranger à chaque étape les éléments positifs et tirer également profit des échecs.

Les 60 années de l’indépendance et les circonstances politiques actuelles montrent que l’enjeu n’est pas de créer une autre opposition, mais d’empêcher qu’elle ne se dissolve. Pas d’imposer l’unicité coûte que coûte mais d’éviter les réactionnaires. Pas de réinventer le combat de l’Ablodé Gbadja mais de préserver le cadre dans lequel nous inscrivons nos différences de point de vue, nos débats, nos combats, et surtout nos points de convergence. Ne pas comprendre cela, c’est ignorer la nature perfide de la dictature des Gnassingbé ou opter, en toute conscience, pour la stratégie de la collaboration.

Les étapes nouvelles seront construites, basées sur des règles démocratiques, que tous  ensemble nous aurons mises en place. Nous devons rester ouverts mais déterminés et intransigeants.

Comment tracer la voie ?

Nous en sommes complètement partie prenante et nous devons être une force de proposition mais en même temps être en capacité d’être dans les rouages, dans l’action continue, sans ambitions personnelles. Nous ne serons animés que par des ambitions patriotiques, de justice et d’équité, pour une nouvelle indépendance de la mère patrie.

Alors et alors seulement chaque Togolais, partout où il sera, mettra fièrement et librement  son bulletin de vote pour le candidat de son cœur

Notre dernière sollicitation des forces démocratiques du 28 février 2020, bien qu’ayant été entendue tarde à se concrétiser, au travers de l’annonce et de la mise en place des organes de la transition. Cette œuvre cruciale oblige toutes les forces démocratiques, notamment les 3 principales que sont : la dynamique Monseigneur KPODZRO, l’ANC et le PNP.

TogoDebout exhorte chacun des mouvements politiques et tous les acteurs de la société civile à une transcendance personnelle et générale.

TogoDebout, porteur de l’ensemble des tendances démocratiques du TOGO, exige une concrétisation dans les jours à venir, des prémices de la transition et une feuille de route exhaustive inclusive, qui engage toutes les composantes de la nation.

Togolais viens ! Bâtissons la cité ! TogoDebout jusqu’au bout…

Paris le 27 avril 2020


Karl GABA

Coordinateur général TogoDebout

Le doyen Godwin TETE refoulé lors du recensement, comme la majorité des Togolais de la diaspora

Samedi 30 Novembre 2019.

Obtenir une carte d’électeur: Mission impossible pour la majorité des Togolais de la diaspora qui s’étaient déplacés à l’Ambassade du Togo à Paris en France.

La carte d’électeur est un droit.

TogoDebout réclame un recensement exhaustif de tous les Togolais de l’extérieur pour la constitution d’une véritable liste électorale, une exigence pour toutes les élections à venir.

Non, à l’exclusion des Togolais de la diaspora.

TogoDebout jusqu’au bout…

NON à Faure GNASSINGBE : Conférence en ligne du Jeudi 8 Avril 2021

CONFÉRENCE EN LIGNE DU JEUDI 08 AVRIL 2021

Compte rendu
Téléchargez en pdf

Le Collectif TogoDebout a organisé le jeudi 08 Avril 2021, à 18 heures GMT, une manifestation virtuelle sous forme d’une conférence en ligne, en réaction à la venue de Monsieur Faure Gnassingbé à l’Élysée.

Cette conférence, qui a compté la participation d’une cinquantaine de personnes venues de partout, a porté sur la situation sociopolitique du Togo en général, et en particulier sur le thème Togo : une dictature sanguinaire et cinquantenaire. Les panélistes étaient Brigitte Ameganvi de Tournons la Page et Synergie-Togo, Salomon Wagbé, de la Diaspora Togolaise en Allemagne et Me Raphaël Kpande-Adzare du Front Citoyen Togo Debout (FCTD), Ancien Président de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH). La modération est assurée par Karl Gaba, Coordinateur Général du Collectif Togo Debout.

Durant deux heures, les conférenciers et les participants se sont appesantis sur les problèmes sociopolitiques qui alimentent la crise togolaise et sapent le développement du pays depuis l’assassinat du premier Président démocratiquement élu, Sylvanus Olympio de regrettée mémoire.

Après le mot de bienvenue et d’ouverture de la conférence dit par le Coordinateur Général du Collectif Togo Debout, Karl Gaba, la parole fut donnée à Brigitte Améganvi. Elle a fait une introduction rappelant que selon une étude effectuée par Tournons la Page en 2015, le Togo se situe au 2ème rang des dictatures les plus vielles au monde après la Corée du Nord et avant le Gabon. Elle a souligné que 88% de la population n’a connu que la famille Gnassingbé au pouvoir depuis sa naissance, soit de 90 à 92% de la population à ce jour. Listant les six mécanismes par lesquels ces dynasties s’assurent un maintien au pouvoir pendant tant de décennies, elle a cité les assassinats et les violations massives des droits humains, les mascarades électorales, la main mise sur toutes les institutions du pays et les manipulations de la constitution pour convenance personnelle, la main mise sur l’économie et la prédation des ressources nationales, la neutralisation de tout contre-pouvoir notamment le bâillonnement de la presse, ce qui laisse le champ libre à une corruption généralisée, l’impunité garantie aux autorités pour tous les crimes de sang et crimes économiques commis.

Ce fut ensuite le tour de Me Raphaël Kpande-Adzare de nous entretenir sur la dictature des Gnassingbé au cœur des questions des droits de l’homme et la persistance de l’impunité, les prisonniers politiques, la longue liste des assassinats politiques et des exécutions sommaires et extrajudiciaires, l’ouverture du dossier de l’assassinat de Sylvanus Olympio afin que les Togolais sachent réellement ce qu’il s’est passé cette nuit du 13 Janvier 1963.

Me Kpande-Adzare est revenu notamment sur l’assassinat de masse d’Avril 2005 qui a coûté la vie à plus de mille citoyens Togolais, sur les nombreux cas d’actes de torture, de peines et traitements cruels, inhumains ou dégradants, les incendies criminels des marchés de Kara et de Lomé en 2013 pour décapiter le Collectif Sauvons le Togo (CST), le musellement de la liberté d’expression et de presse, les arrestations des responsables politiques et syndicaux, des défenseurs des droits de l’Homme, les contraintes à l’exil, la mise en péril des libertés de réunion et de manifestation, le tout culminant avec l’instrumentalisation du pouvoir judiciaire à des fins de conservation de pouvoir.

Ensuite Salomon Wagbé a évoqué et abordé la question de la corruption au sommet de l’État Togolais, ainsi que le pillage systématique des richesses nationales par le régime en place, ce qui gangrène encore l’économie nationale, ainsi que tous les efforts de sortie de crise.

L’orateur a su mettre en exergue les affaires Bolloré et Petrolegate dans lesquelles des officiels togolais, des membres de l’exécutif togolais, ont été nommément désignés, cités et mis en cause, et particulièrement le chef de l’État Faure Gnassingbé. Il n’a pas manqué d’inviter tous les Togolais, tous les acteurs sociopolitiques, à se mobiliser autour de ces affaires pour redynamiser la lutte.

Ce fut de nouveau le tour de Brigitte Ameganvi de nous entretenir sur les alternatives pour s’affranchir de la dictature des Gnassingbé en abordant trois points :

S’agissant de la question, cruciale, de la résorption réelle et durable de la fraude électorale et des contentieux qui en résultent, elle a déploré, au vu de l’actualité du moment, qu’aucune élection frauduleuse, aucun boycott d’élection ne soient de nos jours en mesure de rendre un autocrate infréquentable. Sur la teneur des réformes électorales, nécessaires pour obtenir des élections libres, transparentes et équitables au Togo, Brigitte Ameganvi a relevé le travail énorme et exhaustif effectué par Synergie Togo en 2009 et le CST en 2012. Constatant, avec réalisme, qu’avec une telle mainmise sur tous les rouages de la vie économique, sociale et politique du pays, le pouvoir en place au Togo n’organisera pas les élections pour les perdre. Elle a donc conclu à la nécessité de faire tomber le régime dictatorial d’abord, d’asseoir une transition politique pour tout remettre à plat et faire les réformes conformément aux vraies aspirations du peuple avant de faire des élections dignes de ce nom.

La véritable question revient alors à définir les voies et moyens pour faire tomber la dictature. L’intervenante a déploré tout en le comprenant, le fait qu’après les sacrifices énormes, les pertes en vies humaines et les exactions subies lors des mobilisations de 2017-2018, la population, dépitée, soit aujourd’hui plus préoccupée par la question de la survie au quotidien de sa famille que par un projet, incertain, de libération des griffes de la dictature. Elle s’est dit attristée que le seul métier vers lequel se tourne aujourd’hui la jeunesse soit celui du taxi moto (Zemidjan), métier parmi les plus individuels qui soient, avec un risque de précarité élevé dans des périodes de crise comme celle de la COVID-19 que nous traversons. Elle a émis le souhait que les jeunes se retrouvent, de manière plus collective, en conjuguant leurs talents et ressources, dans des projets, qui leur permettent de prendre leur destin en main tout en faisant l’apprentissage de la force du collectif et de la structuration,

Elle a abordé la nécessité d’une nouvelle approche des relations France-Togo, avec une ouverture des archives sur le crime originel, l’assassinat du père de l’indépendance et l’accès au rapport de la mission d’expertise sur les incendies des marchés de Kara et Lomé.

Elle exhorte les forces en lutte au Togo et dans la diaspora à reprendre le combat, en s’organisant par petits groupes de confiance dans un premier temps afin de se structurer, utilisant la métaphore selon laquelle les petits ruisseaux se joindront et grossiront pour former la vague déferlante qui emportera le régime dictatorial.

Après une série de questions réponses, les participants ont débattu et dénoncé avec vigueur l’attitude de la France d’Emmanuel Macron qui a décidé de recevoir son homologue le dictateur Faure Gnassingbé, en dépit de la décrépitude de la situation sociopolitique du Togo, et au mépris des valeurs et principes qu’incarne la France.

Des conclusions et recommandations ont été versées au cahier des charges du Collectif TogoDebout comme une feuille de route.

Conclusions et recommandations

À l’endroit des promoteurs et soutiens de la dictature de Lomé

La nécessité d’une prise de conscience en vue de créer une situation viable pour un vivre ensemble harmonieux ; aucune dictature n’ayant d’ami, chacun devra, un jour ou l’autre, répondre de ses actes devant l’histoire.

À l’endroit de tous les acteurs en lutte au plan interne et au niveau de la diaspora 

La nécessité de remobiliser les populations au plan national, comme dans la diaspora. Pour ce faire, chacun doit faire sa part, nous devons bien nous compter, nous rassembler, nous transcender, taire nos divergences pour faire face à l’adversaire commun que sont la dictature des Gnassingbé et le système RPT/UNIR, et comme le disait Malcolm X, « Il est temps d’outrepasser nos différences et de réaliser qu’il est dans notre intérêt de voir que nous avons le même problème ».

Une invitation particulière est faite aux opposants responsables des organisations de la société civile, au plan national, tout comme dans la diaspora, de rasseoir une nouvelle dynamique en vue de cette mobilisation pour relancer la lutte.

Étant donné qu’au plan interne, le contexte est peu clément à cause du rétrécissement progressif des espaces de libertés, il est recommandé plus d’effort au niveau des organisations et structures de la diaspora.

À l’endroit de la France et de la communauté internationale

Et quand le peuple prendra véritablement son destin en main, plus rien ne l’arrêtera. En ce moment-là, la communauté internationale devra se rappeler que les Togolais ont à plusieurs reprises attiré son attention. Elle sera obligée de subir les conséquences de la révolte du peuple.

La réunion a pris fin sur une note de satisfaction du Coordinateur Général du Collectif Togo Debout, Karl Gaba, qui a adressé ses sincères remerciements aux panélistes et aux participants pour leur prompte disponibilité. Il invite les citoyens togolais à fortement s’engager dans les organisations qui luttent contre la dictature des Gnassingbé.

Fais à Paris le 15 Avril 2021

Pour TogoDebout,

Le coordinateur général

Karl GABA

TogoDebout vous invite à revisiter les arcanes de la lutte pour la libération du peuple togolais.

Version en Mina
Version en Français

Bonjour, je suis Brigitte AMEGANVI, coordinatrice de TogoDebout Europe. Je me présente devant vous aujourd’hui avec le masque, à l’effigie de TogoDebout, comme vous le voyez. Ce masque a deux fonctions :
– Il rappelle que nous sommes toujours en période de pandémie à COVID-19. Nous invitons donc tout un chacun, dans ses activités professionnelles, sociales et militantes à respecter les gestes barrières ainsi que toutes les prescriptions légales. Nous recommandons de porter le masque, surtout lorsque les distances minimales prescrites ne peuvent pas être respectées.
– Ce masque a également une fonction d’authentification, de datation des images et vidéos que l’on nous présente. En effet, il y a tellement de fake news (fausses nouvelles) qui circulent sur les réseaux sociaux que nous pouvons déjà faire un premier test pour savoir si l’image que l’on nous présente est actuelle ou si elle date de plusieurs années dans le passé. Lorsque l’on balance une news en vous faisant croire que cela s’est passé hier, regardez déjà si les gens portent le masque sur la photo ou la vidéo.

Ceci dit, je vais l’enlever parce que ce n’est tout de même pas très commode pour vous parler et pour vous expliquer pourquoi nous sommes ici aujourd’hui. Mais avant de l’enlever, j’ai bien vérifié que la personne qui filment est à plus de 1,5 m de moi, donc nous pouvons y aller sans masque, en toute sécurité.


Il y a quelques jours, à la suite d’une intervention que j’avais faitedans un groupe WhatsApp, j’ai été interpellé par des jeunes très engagés dans la lutte pour la libération. Ces jeunes se plaignaient du fait qu’avec tout l’historique de la lutte que j’ai vécu, toute l’expérience que j’ai accumulée, je sois restée silencieuse, donnant l’impression que je ne suis plus impliquée dans la lutte, ce qui n’est pas de tout exact. Du coup, je pense qu’il est nécessaire que nous vous expliquions ce que nous faisons actuellement, ce que nous n’avons cessé de faire depuis 30 ans. Il nous faut restituer la vérité historique parce qu’il y a effectivement, dans cette lutte, énormément de mensonges, de calomnies, d’imposture.
Et donc, il est important que nous rappelions les étapes clés de cette lutte pour la libération du peuple togolais du joug de la dictature, que nous analysions l’histoire pour pouvoir, à travers elle, tracer notre trajectoire pour l’avenir et surtout affirmer les valeurs qui sont les nôtres, qui ont guidé nos combats, depuis le début et qui sont toujours les nôtres aujourd’hui.
Nous ferons donc une série de vidéos et d’interventions sous différentes formes. Celle-ci est la première, la vidéo introductive. Nous ferons d’autres vidéos, ciblées par thème. Nous inviterons d’autres acteurs clés de ce combat contre l’arbitraire. Nous vous invitons également à nous joindre sur nos différents réseaux sociaux, dont l’adresse s’affichera probablement au bas de cette vidéo, mais également sur notre site Internet www.TogoDebout.info. Sur ce site internet, vous aurez accès à l’historique de toutes les actions que nous avons menées depuis la création de TogoDebout en Août 2017.


Nous vous invitons également à nous écrire, à nous joindre de différentes manières, soit
– par Email : togodebout@togodebout.info,
– dans nos groupes WhatsApp
– dans notre groupe Telegram : http://t.me/TogoDebout
– sur notre page Facebook : http://fb.com/TogoDeboutPourLaLiberte
– via notre compte Twitter : http://twitter.com/TogoDeboutEurop

Je puis vous assurer que nous nous ferons plaisir de répondre, personnellement, à vos interrogations.