La France et le gouvernement MACRON déroulent le tapis rouge à l’une des dictatures les plus anciennes du monde : LES GNASSINGBE DU TOGO

Une forte délégation du gouvernement togolais avec à sa tête Faure GNASSINGBE est actuellement en visite d’Etat en FRANCE. Le collectif TogoDebout et toute la communauté togolaise de France, sont consternés par cette manifestation d’une relation coupable de plus de 50 ans avec une dictature dynastique, clanique et sanguinaire.

Télécharger le communiqué 

Eyadema GNASSINGBE a installé pendant 38 ans un pouvoir autocratique brutal, après avoir assassiné le seul président démocratiquement élu du TOGO : SYLVANUS OLYMPIO.

Son fils Faure GNASSINGBE a pris le pouvoir à sa suite en 2005, dans un bain de sang, et en violation totale de la constitution.

A la tête d’un état mafieux et corrompu, il n’a jamais organisé des élections équitables, libres et transparentes. Il est partie prenante dans une corruption active pour laquelle Vincent BOLLORÉ a plaidé coupable.

Par ce rappel, au président MACRON, à l’opinion française et internationale, TogoDebout tient à dénoncer vigoureusement cette réception.  Celle-ci entérine le contraire des principes et valeurs de la République Française. Elle encourage ainsi les autocrates et dictateurs, notamment en Afrique, qui réduisent leurs peuples à la misère, les exposent aux fléaux de notre temps et offrent pour seules alternatives à la jeunesse, l’immigration ou l’enrôlement dans les rangs du terrorisme ou du crime organisé, faute de perspectives.

Le collectif TogoDebout exhorte le président MACRON à porter partout en Afrique, comme ailleurs, les valeurs de liberté, d’égalité et fraternité. 

Togolais, que viennent les tyrans, ton cœur soupire vers la liberté.

TogoDebout jusqu’au bout …

Fait à Paris, le 9 Avril 2021

Pour TogoDebout,
Le coordinateur général
Karl GABA

TogoDebout dénonce l’arrestation arbitraire de Gérard Djossou et Brigitte Adjamagbo

TogoDebout dénonce l’arrestation arbitraire de Gérard Djossou et Brigitte Adjamagbo

Télécharger le communiqué

Les Togolais sont sous le choc de l’arrestation rocambolesque et arbitraire de deux responsables politiques M. Gérard Djossou et Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson de la Dynamique Monseigneur Kpodzro.

Malgré les multiples violations des droits de l’Homme qui ont émaillé les prétendues arrestations, ces agissements dignes du grand banditisme sont assumés par le procureur de la république d’un Etat failli.

TogoDebout dénonce vigoureusement ces violations manifestes du droit, dont l’objectif est d’accentuer l’oppression à laquelle le peuple togolais est soumis.

C’est aussi le lieu de rappeler que d’autres prisonniers politiques croupissent toujours dans les geôles de la dictature de Faure Gnassingbé.

TogoDebout s’élève vivement contre les harcèlements subis par les opposants politiques. Ceux-ci ont atteint un paroxysme depuis les dernières élections présidentielles frauduleuses du 22 février 2020.

Pour le Collectif TogoDebout, la fin de l’arbitraire au Togo et l’élargissement définitif des combattants de la liberté passent par le départ du pouvoir de Faure Gnassingbé. Le peuple togolais qui continue de souffrir sous le joug de la dictature du régime RPT-UNIR ne restera pas longtemps sans agir dans ce sens.

Togolais, que viennent les tyrans, ton cœur soupire vers la liberté.

TogoDebout jusqu’au bout …


Fait à Paris,
le 29 Novembre 2020
Pour TogoDebout,
Le coordinateur général

Karl GABA

Hommage à Jerry John RAWLINGS

TogoDebout présente ses plus vives condoléances à la famille de Jerry John Rawlings, à son pays le Ghana ainsi qu’à tous les Africains qui se reconnaissent dans ses idéaux et actions politiques. Tous ceux qui ont admiré le Président Rawlings perdent une figure historique majeure de la construction d’une Afrique démocratique et indépendante.

Télécharger

Profondément attristé par la disparition de Jerry John Rawlings, TogoDebout tient à saluer la mémoire de celui qui fut un grand homme d’Etat mais a su, à la fois, rester un homme du peuple. Nous rendons hommage à un digne fils du Ghana, une figure exceptionnelle de l’histoire contemporaine de l’Afrique, une personnalité et une vie dans la lignée de celles de Lumumba, Sankara ou Mandela notamment.

Jeune patriote habité par une grande et noble vision d’avenir pour son pays, JJ Rawlings ne fut ni un idéologue, ni un intellectuel. Il n’était même pas officier supérieur de l’armée ghanéenne au moment où il prend le pouvoir en 1979. Le Capitaine de l’armée de l’air qu’il était ne s’était pas auto promu général d’armée.

Il a entériné les principes démocratiques, instauré un débat pluriel apaisé, installé des institutions fortes  et organisé des élections dont il est sorti victorieux en 1992 et 1996. La constitution de son pays interdisant un troisième mandat présidentiel, il ne tente pas de la modifier pour convenance personnelle. Il ne se maintient pas non plus au pouvoir ni par subterfuge, ni par la force. Il quitte simplement le pouvoir et mème une vie de simple citoyen ghanéen.

TogoDebout salue par ailleurs la lucidité et la capacité d’adaptation de JJ Rawlings. Le révolutionnaire intransigeant de la première heure a en effet su adhérer à un certain libéralisme et aux contraintes des plans d’ajustement structurel, âprement négociés toutefois, toujours dans l’intérêt supérieur de son pays.

La mémoire de JJ Rawlings reste toujours vivace pour les Africains, en particulier pour ceux de la zone CEDEAO. Ses idéaux et son action politique demeureront à jamais source d’inspiration et modèle d’engagement au service du peuple.

 

Fait à Paris, le 21 Novembre 2020
Pour TogoDebout, Le coordinateur général

Karl GABA

TogoDebout invite à la transcendance et à la rupture totale

COMMUNIQUÉ

TOGODEBOUT INVITE À LA TRANSCENDANCE ET À LA RUPTURE TOTALE

Télécharger le communiqué

La gouvernance de TogoDebout remercie le peuple togolais pour sa bravoure et sa détermination dans cette étape de sa lutte de libération contre le joug de la dictature des Gnassingbé. Grâce à  la  mobilisation et à la détermination des togolais, la perception et la prise en compte de la nature dictatoriale du régime des Gnassingbé s’imposent de plus en plus sur le plan international. C’est à chacun de nous d’estimer s’il a fait sa part.

Le processus qui conduit  à la libération du Togo doit avoir une vision, comme indiqué dans le mémorandum sur la sortie de crise de TogoDebout du 27 juillet 2018 : la transition politique.
Il nous faut construire les étapes suivantes sans perdre de vue cet objectif à atteindre. Nous devons rester politiques et engranger à chaque étape les éléments positifs et tirer également profit des échecs.

Les 60 années de l’indépendance et les circonstances politiques actuelles montrent que l’enjeu n’est pas de créer une autre opposition, mais d’empêcher qu’elle ne se dissolve. Pas d’imposer l’unicité coûte que coûte mais d’éviter les réactionnaires. Pas de réinventer le combat de l’Ablodé Gbadja mais de préserver le cadre dans lequel nous inscrivons nos différences de point de vue, nos débats, nos combats, et surtout nos points de convergence. Ne pas comprendre cela, c’est ignorer la nature perfide de la dictature des Gnassingbé ou opter, en toute conscience, pour la stratégie de la collaboration.

Les étapes nouvelles seront construites, basées sur des règles démocratiques, que tous  ensemble nous aurons mises en place. Nous devons rester ouverts mais déterminés et intransigeants.

Comment tracer la voie ?

Nous en sommes complètement partie prenante et nous devons être une force de proposition mais en même temps être en capacité d’être dans les rouages, dans l’action continue, sans ambitions personnelles. Nous ne serons animés que par des ambitions patriotiques, de justice et d’équité, pour une nouvelle indépendance de la mère patrie.

Alors et alors seulement chaque Togolais, partout où il sera, mettra fièrement et librement  son bulletin de vote pour le candidat de son cœur

Notre dernière sollicitation des forces démocratiques du 28 février 2020, bien qu’ayant été entendue tarde à se concrétiser, au travers de l’annonce et de la mise en place des organes de la transition. Cette œuvre cruciale oblige toutes les forces démocratiques, notamment les 3 principales que sont : la dynamique Monseigneur KPODZRO, l’ANC et le PNP.

TogoDebout exhorte chacun des mouvements politiques et tous les acteurs de la société civile à une transcendance personnelle et générale.

TogoDebout, porteur de l’ensemble des tendances démocratiques du TOGO, exige une concrétisation dans les jours à venir, des prémices de la transition et une feuille de route exhaustive inclusive, qui engage toutes les composantes de la nation.

Togolais viens ! Bâtissons la cité ! TogoDebout jusqu’au bout…

Paris le 27 avril 2020


Karl GABA

Coordinateur général TogoDebout

Au Togo, on décentralise en centralisant et en concentrant le pouvoir entre les mains de l’Etat

WEBINAIRE DU 31 JUILLET 2022 DE TOGO DEBOUT SUR ZOOM

« Au Togo, on décentralise en centralisant et en concentrant le pouvoir entre les mains de l’Etat » Me Isabelle Améganvi

Comme à l’accoutumée et tous les derniers dimanche du mois, l’organisation Togo Débout qui rassemble des Togolais de la diaspora, a organisé un webinaire le 31 juillet 2022 via le canal Zoom. Il a été question pour les vingt-et-deux (22) participants qui y ont pris part de vivre le condensé de l’actualité sociopolitiques du Togo présentée par Fovi Katakou et de suivre un exposé de l’intervenant principal, Me Isabelle Manavi Améganvi, premier adjoint au Maire de la Commune du Golfe 4, sur le thème « Décentralisation et contrôle citoyen de l’action publique ». Les participants au webinaire ont eu droit à la parole pour poser des questions à cette dernière qui en a profité pour apporter beaucoup plus de lumière sur les incongruités du processus de la décentralisation au Togo.

 

La remise du témoin de l’alternance au président Mokgweetsi Masisi de Botswana le 06 juillet 2022 à Gaboronne par le Professeur David Ekoué Dosseh, Premier Porte-parole du Front Citoyen Togo Debout (FCTD) et Coordinateur de TLP TOGO, dans le cadre du sommet international sur le constitutionnalisme et la consolidation démocratique en Afrique organisé conjointement par le gouvernement du Botswana et le National Democratic Institute (NDI), la reconnaissance par l’Etat-major des Forces Armées Togolaises (FAT) de la bavure commises par des militaires à travers un aéronef en patrouille nocturne qui aurait pris malencontreusement pour cible un groupe d’enfants qu’il a confondu à une colonne djihadistes en mouvement (bavure qui a coûté la vie à sept enfants à Margba dans la préfecture de Tône), l’interdiction du meeting de la Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) sous prétexte d’un prétendu attentat commis par un homme de nationalité tchadienne au Grand Marché de Lomé et la récente augmentation du prix à la pompe des produits pétroliers avec comme mesure d’accompagnement la revue à la baisse des frais de péage pour les poids lourds, sont les sujets principaux abordés par Fovi Katakou dans la rubrique « Revue de l’actualité togolaise du mois de juillet 2022 ».

A la suite du point, Fovi Katakou a invité les participants à réfléchir au travail à faire pour parvenir à l’alternance, seule condition qui selon lui va permettre aux populations Togolaises de s’épanouir véritablement.

L’intervenant principal, Me Isabelle Manavi Améganvi a, dans son exposé sur le thème « Décentralisation et contrôle citoyen de l’action publique », replanté le décor du cadre juridique et du fonctionnement normal des communes, dans le cadre de la décentralisation au Togo, et expliqué aux participants, les faits qui ont obligé le gouvernant à procéder à la troisième modification consécutive de la loi sur la décentralisation, en seulement trois ans d’exercice des communes nouvellement crées.

C’est un secret de polichinelle que la décision d’adressage des voies prise par les autorités de la Communes du Golfe 4, le conflit ouvert entre ceux-ci et le ministre en charge de l’administration territoriale à propos de l’EPAM (Établissement Public Autonome pour l’exploitation des Marchés) et la confusion de rôle à travers les prérogatives du District Autonome du Grand Lomé (DAGL) qui constituent des faits qui ont remis en selle le régime en place et ses réflexes de conservation de pouvoir.

Ainsi, le 30 juin 2022, les députés de l’Assemblée nationale ont acté cette volonté en procédant à l’adoption de nouvelles dispositions qui renforcent les attributions et le fonctionnement du DAGL, émiettent les compétences propres des communes du Grand Lomé, précisent les dispositions relatives à la destitution du maire et de ses adjoints, le rôle de coordination dévolu aux conseils régionaux et réduit la durée des sessions des réunions des conseils municipaux et régionaux de quinze (15) à dix (10) jours maximums par trimestre ».

Malheureusement face à ces restrictions qui empêchent le bon fonctionnement des communes du Grand Lomé et obligent les Maires à demander une autorisation au ministre de tutelle avant de se rendre par exemple à une réunion de famille au-delà des frontières Togolaises, l’intervenant principal reconnaît que les Maires et élus locaux issus des forces vivent ne parlent pas le même langage. Ce qui constitue une faiblesse que le système exploite pour avancer dans son plan de contrôle systématique et de centralisation et concentration de la décentralisation, en s’appuyant sur des institutions inféodées à l’instar de la Cour Constitutionnelle qui avalise toutes les lois sans juger de leur constitutionnalité.

Il faut relever des interventions de Me Isabelle Manavi Améganvi, la faiblesse observée en matière de contrôle citoyen de l’action publique par engagement individuel et/ou collectif des citoyens. Une faiblesse due aux dispositions liberticides qui enferment les citoyens dans la peur d’être poursuivit, arrêté et emprisonné sur la base de faux chefs d’accusations.

Le webinaire de Togo Debout est un rendez-vous qui permet aux Togolais de l’Extérieur qui y attachent du prix, à prendre connaissance de l’actualité de leur pays, à avoir la réalité des faits, à poser des questions et à obtenir des réponses pour agrémenter les réflexions autour de la problématique de l’alternance à la tête du Togo.