Article 59 : En aucun cas, nul ne peut exercer plus de 2 mandats

Bienvenue dans la campagne
« En aucun cas »

Elle vous permet de vous exprimer sur la résolution de la crise togolaise auprès des facilitateurs de la CEDEAO en leur envoyant un courrier pour une feuille de route juste.

1)   Complétez les champs avec les informations demandées
2)   Lisez le texte à envoyer (facultatif)
3)   Enfin, cliquez sur « Envoyer »

Plus nous serons nombreux à envoyer ce courrier, plus il y a de forte chance que nous soyons entendus dans la décision finale de la CEDEAO

Article 59 : En aucun cas, nul ne peut exercer plus de 2 mandats

Article 59

"Le Président de la République est élu au suffrage
universel direct pour un mandat de cinq ans
renouvelable une seule fois. En aucun cas, nul ne
peut exercer plus de deux mandats".

Constitution 14 Oct. 1992 de la République Togolaise

A
M. Nana AKUFO-ADDO,
Pr. Alpha CONDE

Excellence Monsieur le Président,

Je suis du Togo. Je voudrais saisir cette opportunité pour vous remercier de votre implication, au nom de la CEDEAO, dans la résolution de la crise politique dans mon pays.

Comme vous le savez, le Togo est malade depuis des décennies d’une gouvernance dynastique chaotique et militarisée, de déficit démocratique, d’impunité et de processus électoraux non consensuels et frauduleux à toutes les étapes. Dans ce contexte le communiqué final de la facilitation de la CEDEAO du dialogue inter togolais du 27 juin 2018 ne me semble pas répondre aux vrais enjeux de la grave crise récurrente qui endeuille le Togo.

Je veux des réformes constitutionnelles et institutionnelles en profondeur dans mon pays en application de l’Accord Politique Global de 2006 et en accord avec le Protocole de la CEDEAO sur la Démocratie et la Bonne gouvernance.

Je veux qu’en aucun cas, nul ne puisse faire plus de deux mandats soit plus de 10 ans à la tête du Togo.

Je veux que Faure GNASSINGBE quitte le pouvoir et qu'il ne puisse plus se présenter aux prochaines élections présidentielles du Togo.

La CEDEAO a une énorme responsabilité vis-à-vis du peuple togolais car en 2005, elle a participé à l’installation au pouvoir de Monsieur Faure GNASSINGBÉ au prix de centaines de morts qui sont restés impunis. La CEDEAO va-t-elle se rattraper aujourd’hui ou préfère-t-elle rééditer l'injustice de 2005 ?

Excellence, je vous prie et vous demande d’agir dans l’intérêt du peuple togolais en faisant pression sur les autorités togolaises afin qu’elles respectent les principes constitutionnels communautaires de la CEDEAO.

Veuillez agréer, Excellence, l’expression de mes salutations respectueuses.

Le citoyen Togolais,

**your signature**

1,087 signatures

Partagez à vos amis :