Communiqué faisant suite au sommet de la CEDEAO des 30 et 31 Juillet 2018

Le Collectif TogoDebout prend acte des résolutions du Sommet de la CEDEAO qui s’est tenu à Lomé les 30 et 31 Juillet 2018 et poursuit ses mobilisations et son plaidoyer

Téléchargez le communiqué

Le Collectif TogoDebout se félicite de l’élection du Président du Nigéria, son Excellence Muhammadu BUHARI, en qualité de Président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, ainsi que de la prestation de serment de Mr Jean-Claude Kassi BROU, Président de la Commission de la CEDEAO.

Il prend acte des recommandations de la CEDEAO concernant la crise togolaise et fait observer que les gouvernements d’union nationale se succèdent et se ressemblent au Togo, depuis la signature de l’Accord Politique Global de 2006 . Ils n’ont pas été en mesure à ce jour de trouver une solution durable à la longue crise politique que traverse le Togo.

Pour le Collectif TogoDebout, qui se bat au sein de la société civile, les propositions de la CEDEAO ne contribuent qu’à la pérennisation du système dynastique et clanique des GNASSINGBE.

C’est pourquoi le Collectif TogoDebout lance un appel à tous les Togolais et aux amis du Togo pour poursuivre la mobilisation en vue de mettre en œuvre la proposition de sortie de crise décrite dans son mémorandum intitulé  « Il est temps de mettre un terme à l’État d’exception permanent que connaît le Togo ». En effet, la crise togolaise ne peut être résolue que par une vraie rupture d’avec le système RPT UNIR et une transition dont la mission essentielle est de remettre sur les rails, sans risque de retour, le processus de démocratisation du Togo et notamment :
− d’effectuer les réformes institutionnelles et constitutionnelles,
− de finaliser le processus de décentralisation en lui redonnant son objectif de véritable instrument de démocratie et de développement à la base,
− de remettre à plat le processus électoral par la refonte du code électoral et du fichier électoral dans le but d’organiser des élections crédibles, transparentes et démocratiques,
− de prendre les dispositions nécessaires pour enclencher une réforme en profondeur et irréversible de l’institution judiciaire (y compris la Cour Constitutionnelle) afin de mettre fin à l’impunité et à l’arbitraire au
Togo.

Il appartiendra à la CEDEAO de tracer la ligne rouge par laquelle cette transition ne connaîtra pas le même sort que celle de 1991 qui a subi dès le troisième mois suivant sa mise en place des coups de force multiples. La transition qui sera installée pourra ainsi boucler son cahier des charges dans le temps imparti.

Le 03 Août 2018
Pour le Collectif TogoDebout

Le Coordinateur Général
Karl GABA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.